Historique

En décembre 1963, le Conseil de l’Université de Montréal, recommandait la formation d’un département d’obstétrique-gynécologie à l’Université de Montréal grâce à la fusion du département d’obstétrique avec le service de gynécologie qui faisait partie du département de chirurgie.

Printemps 1964, le Dr Michel Bérard est nommé 1er titulaire et directeur du département. Il sera également nommé chef du département hospitalier à l’Hôpital Notre-Dame. Le département universitaire est alors constitué des départements d’obstétrique-gynécologie des hôpitaux Notre-Dame, Hôtel-Dieu, Maisonneuve, Miséricorde et Saint-Luc. Leur tâche universitaire se limitera à l’enseignement prégradué pour 120 étudiants de 3e et 4e année de médecine.

Sous la direction du Dr Jacques Van Campenhout, de 1972 à 1981 fut une période d’expansion du nombre d’étudiants en prégradué, d’hôpitaux agréés, de professeurs pleins temps géographique et de structuration pédagogique des programmes pré et postgradués en plus d’assumer la responsabilité de programme d’éducation médicale continue des médecins de famille et des omnipraticiens. L’Hôpital de la Miséricorde cesse ses activités et les hôpitaux Sacré-Cœur et Cité-de-la-Santé de Laval obtiennent leur accréditation pour l’enseignement de l’obstétrique-gynécologie aux étudiants en médecine et aux internes.

L’Hôpital Sainte-Justine prendra la charge des étudiants prégradués et va structurer un programme de périnatalogie néonatalogie pour les résidents. Elle s’unira à l’Hôtel-Dieu pour faire un milieu complet en gynécologie obstétrique. Les hôpitaux Notre-Dame et Maisonneuve-Rosemont vont également développer des pouponnières tertiaires et des programmes de périnatalogie.

En 1981, le Dr Yves Lefebvre deviendra directeur universitaire sans être chef hospitalier grâce à une décision universitaire de séparer les deux fonctions. De 1981 à 1990 fut une période de consolidation à la suite d’une décision gouvernementale recommandant de réduire le nombre d’étudiants en médecine et en résidence de spécialité. Il a également favorisé un essor à la recherche avec la création d’un comité universitaire de la recherche et la Journée annuelle de la recherche. Sous sa gouverne, chaque centre hospitalier a développé un seul secteur d’excellence et de surspécialité : oncologie, médecine fœto-maternelle et infertilité.

De 1990 à 2002, au cours de ses trois mandats de directeur, le Dr Serge Bélisle a accompli des réalisations académiques très importantes telles que l’enseignement par problème aux étudiants du prégradué et les examens ECOS au prégradué et au postgradué, l’acceptation par le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada des programmes surspécialisés en oncologie; en infertilité; en grossesse à risque; en gynécologie de l’adolescence et en gynécologie urologique et plancher pelvien. Il a, de plus, restructuré nos milieux hospitaliers à Notre-Dame, Saint-Luc et à l’Hôtel-Dieu pour constituer le département principal d’obstétrique-gynécologie du CHUM.

Au cours de ses deux mandats de 2002 à 2011, le Dr William B. Fraser a structuré et consolidé la recherche clinique au sein du département. Il a dirigé plusieurs essais cliniques multicentriques aux niveaux national et international. Il a créé le Réseau intégré de recherche en périnatalité du Québec et de l’est de l’Ontario qui regroupe des chercheurs de cinq universités. Les succès obtenus en fonds de recherche aux organismes subventionnaires classent maintenant le département d’obstétrique-gynécologie au premier rang au Canada en termes de fonds de recherche obtenus.

Avec l’arrivée du programme public de procréation médicalement assistée (PMA) et la consolidation de la recherche fondamentale en périnatalité suite au départ de chercheurs, des enjeux particuliers attendent la Dre Line Leduc, directrice du département depuis juin 2011.

Dr Yves Lefebvre / Dre Line Leduc

 

×